Délais de paiement : 1 librairie sur 3 menacée de fermeture

Délais de paiement : 1 librairie sur 3 menacée de fermeture

Face aux risques d’une réduction des délais de paiement à 30 jours, le SLF a confié à l’institut Xerfi une étude d’impact de la mesure. 

Face aux risques d’une réduction des délais de paiement à 30 jours, telle qu’envisagée par le projet de règlement européen actuellement discuté au Parlement européen, le Syndicat de la librairie française a confié à l’institut Xerfi une étude d’impact de la mesure. 

Selon cette étude, la réduction des délais de paiement à trente jours en librairie entraînerait :

  • Un « choc de trésorerie » de plus de 110 millions d’euros ;
  • Une menace vitale immédiate pour 1 300 librairies, soit un tiers du réseau en France.

Le SLF demande une prise en compte des spécificités culturelles et économiques des librairies pour leur permettre de continuer à proposer aux lecteurs une offre riche et diversifiée qui ne se limite pas aux seuls « best sellers ».

Pour cela, le maintien de délais de paiement longs correspondant aux cycles de vie des livres est une condition absolue.

La commission européenne a engagé une nouvelle réforme des règles encadrant les retards de paiement entre entreprises. Ce projet de règlement est en cours de discussion au Parlement européen.

En proposant d’imposer un délai de paiement maximum de trente jours entre entreprises, l’objectif de ce texte est de soutenir les plus petites entreprises qui souffrent de délais de paiement abusivement longs de la part de leurs clients. Cet objectif est parfaitement légitime.

Mais comment ne pas prendre conscience que ce qui sert certaines petites entreprises va entraîner la disparition de dizaines ou centaines de milliers d’autres en Europe ?