La mission sur l'avenir de la librairie a rendu son rapport au Ministre de la Culture - mars 2012


Présentation du rapport par les membres de la mission



La librairie est au cœur des valeurs culturelles partagées par les Français.

Lieu de découverte, d'échange, de prise de risque, pour le libraire comme pour le lecteur, la librairie permet un accès direct à la création dans des milliers de points de vente sur tout le territoire.

Mais la librairie est aussi au cœur de la création de valeur de la « chaîne du livre » en France. Sans elle, le livre n'aurait pas une telle visibilité. Et un livre que l'on a moins l'occasion de voir, c'est un livre qui a moins de chance de se vendre. Elle est donc un des ressorts essentiels de la vitalité de la première industrie culturelle française. Maintenir un tissu dense de librairies, c'est préserver un canal indispensable de diffusion du livre, sans lequel les équilibres économiques du secteur tout entier seraient remis en cause.

Dans la période actuelle, les risques pour le maintien de ce maillon essentiel s'accumulent. La pression qui pèse sur les librairies, en termes de renchérissement du foncier, de poids de la trésorerie, de nécessité d'investir... rend de plus en plus difficile le maintien du travail qualitatif du libraire, qui constitue pourtant sa marque de fabrique.

Le rapport de la mission confiée en janvier 2012 par Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication à Teresa Cremisi, éditrice, Colette Kerber, libraire, Alexandre Jardin, écrivain, Matthieu de Montchalin, libraire, président du Syndicat de la librairie française, Bruno Parent, inspecteur général des finances, et Marc Sanson, conseiller d'Etat, réaffirme le rôle culturel et économique central de la librairie.

Il formule des préconisations qui s'adressent en premier lieu à l'interprofession. Il propose notamment la création d'une nouvelle ressource permettant d'appuyer les librairies et de valoriser leur travail qualitatif. Mais le rapport appelle aussi à la mobilisation de la puissance publique. L'Etat naturellement, mais aussi les collectivités territoriales, doivent pouvoir appuyer la profession face à des questions nouvelles mais aussi mettre en œuvre des formes d'action publique plus adaptées.

C'est à ce prix qu'un large tissu de librairies pourra être maintenu en France, au bénéfice des lecteurs citoyens comme à celui du secteur du livre dans son ensemble.

La mission rappelle enfin que les mesures qu'elle propose ne peuvent être conçues « pour solde de tout compte ». Un suivi des évolutions du marché dans les mois à venir est indispensable pour être en mesure de réagir rapidement à des évolutions structurelles si elles se dessinaient.

Au-delà de la formulation de telle ou telle proposition, la mission conçoit son rapport comme une « boîte à outils » mise au service de l'ensemble des acteurs du livre pour les aider à faire face aux transformations en cours ou à celles qui s'annoncent.




                
Soutenir la librairie pour consolider l'ensemble de la chaîne du livre : une exigence et une responsabilité partagées, mars 2012