Les qualités fondamentales de notre métier



Par Françoise Charriau (vice-présidente du SLF), librairie Passages à Lyon.

Pour faire face aux temps difficiles annoncés, nous, libraires indépendants, devons affirmer encore et encore les qualités fondamentales de notre métier : l'accueil, le conseil et la compétence. Ce sont elles qui ont permis à la librairie indépendante de reprendre des points aux grands groupes de distribution de livres. Les meilleures ventes de ces deux dernières années sont des livres dont le succès s'est fait dans la durée ayant débuté par les conseils des libraires relayés par le bouche-à-oreille des lecteurs. Ce phénomène est bien à l'opposé des stratégies de la distribution qui tendraient à imposer des changements de piles hebdomadaires sur nos tables.

C'est au quotidien que notre compétence s'exerce dans le choix sans cesse renouvelé des livres qui entrent dans nos librairies, qui sont mis en piles sur nos tables et qui sont proposés aux places privilégiées. Nouveautés ou réassort, chaque décision de commande doit être notre premier levier de manœuvre pour affirmer nos identités et nos singularités. C'est un des combats du SLF que de permettre que chacun d'entre nous, quelle que soit sa taille, garde ou obtienne la maîtrise complète des livres qu'il achète.

L'édition, dans sa richesse et sa diversité, nous permet d'afficher toute l'étendue de nos choix : il est donc vital de continuer à bénéficier de longues échéances pour des opérations sur les fonds.
Bien entendu, ces choix exigent de nos collaborateurs une bonne connaissance des catalogues d'éditeurs et des compétences dans chacun des domaines de l'activité d'une librairie. La qualification et la formation de nos équipes restent par conséquent des enjeux primordiaux de notre métier.

Ces compétences dans nos choix s'articulent autour de deux exigences fondamentales : la lecture et la connaissance des lecteurs potentiels. Car c'est bien autour de l'accueil de nos clients que se déroule notre quotidien : être de bonne humeur, souriant, disponible, écouter et conseiller. Seules de nombreuses lectures effectuées pendant notre temps de loisir, nous permettent d'orienter au mieux, de conseiller le livre qui distraira, informera ou interpellera. Le dialogue que nous établissons alors alimente notre perception : quels livres pour quels lecteurs, quels lecteurs pour quels livres ?
Là est sans doute notre plus grande richesse : la découverte d'un livre et d'un auteur permet le partage de notre plaisir de lecture avec l'autre.

L'accueil dans la librairie résulte aussi des compétences à l'aménagement de l'espace, aux rangements constants des tables, le tout au service de la convivialité du lieu afin de permettre l'éclosion spontanée du dialogue.
Cet accueil est également réalisé hors les murs de la librairie. Partenaire souvent sollicité des institutions culturelles locales, le libraire et son équipe apportent leur savoir-faire auprès de la diversité des publics dont bien souvent certains ne fréquentent pas nos librairies. Ces sorties de l'espace de travail physique et du cadre horaire des librairies demandent des investissements d'énergie, de temps et d'argent souvent supérieurs aux résultats directs de ces actions, mais elles sont aussi pour nous l'occasion de créer de nouveaux liens, des rencontres échappant au quotidien de notre pratique. Elles permettent donc que nos librairies ne soient pas de simples commerces fermés sur eux-mêmes mais des lieux où sont diffusés les événements et mouvements culturels des villes et des régions.

Le SLF, par sa mission même, aide les libraires à exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles. Son rôle est de rester vigilant aux attaques contre la loi Lang qui est le socle de notre existence, de mener des négociations qu'un libraire seul ne peut mener à bien, de faire avancer les dossiers indispensables à la profession : la commission sociale, la formation...

Si la valorisation des points forts de notre métier est indispensable à la  pérennité d'un vaste réseau de librairies, l'indépendance de chacun, au service de sa propre conception du métier et de la culture, ne doit pas être un frein à une mutualisation nécessaire des forces sur les dossiers suivis par le SLF.

Nous devrons ainsi collectivement investir les nouveaux défis à venir : la préparation et la mise en place du portail de la librairie indépendante est l'un des sujets en cours. La réunion du plus grand nombre est indispensable pour prendre une place significative dans la sphère des contenus dématérialisés et de la vente en ligne.

Dans ce but, il sera essentiel de focaliser nos énergies sur l'animation culturelle et commerciale de nos sites vitrines particuliers qui, associées au portail commun, apparaîtront comme de nouvelles fenêtres, de nouvelles pièces ouvertes sur chacune de nos librairies. Chacun investira son imagination et son identité propre, créera des liens et des dialogues renouvelés avec un public plus large et ne manquera pas de susciter l'attention de nos partenaires éditeurs et de nos fournisseurs.