Le commerce de librairie

Publié le 19/11/2013 par La Rédaction
Mots-clés : |

Le métier de libraire


Les métiers ...

En élaborant un projet de création ou de reprise de librairie, le chef ou futur chef d'entreprise mobilisera de nombreuses compétences.

Ces compétences répondent aux exigences de rentabilité économique nécessaire à l'équilibre d'un commerce de détail, par la connaissance profonde d'un secteur culturel et de son environnement professionnel, de son marché, des catalogues. Le libraire constitue son offre, son assortiment, est en capacité de l'animer, de le conseiller et le vendre. La librairie est enfin un lieu où la qualité de l'accueil est primordiale, au sein d'un environnement urbain de proximité.  

La sociologue Frédérique Leblanc dans son ouvrage Libraire, un métier publié à l'Harmattan définit ce métier sans « définition » :  

« Rien ne définit le métier de libraire. Il ne suffit pas de vendre des livres pour être "libraire" (nombre de supermarchés proposent ainsi des livres à leurs clients sans pour autant être des librairies).(...) Pourtant, aujourd'hui les libraires se distinguent des vendeurs de livres en ce qu'ils sont les seuls à développer un service au client caractérisé par deux composantes : l'entretien d'un fonds diversifié et soigneusement mis en forme, et le conseil au client comprenant la recherche bibliographique et la commande des ouvrages demandés. »

Dans son ouvrage Le Métier de libraire : la gestion de son stock, Michel Ollendorf poursuit « la pratique veut que le libraire, en activité ou futur libraire connaisse la composition socioculturelle de son marché, détermine sa clientèle potentielle, inventorie la concurrence établie dans les différents réseaux de vente du livre de son marché, choisisse et sélectionne et mette en scène un assortiment en tenant compte de ce qu'il est, de ses moyens financiers, de ses envies de faire. Il en résulte une librairie en osmose avec son projet. »

Comme l'a souligné enfin Éric Fitoussi à l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, à Lyon « la librairie a toujours été un lieu en perpétuel mouvement, où jamais rien n'est acquis... où l'on jongle en permanence entre présence et discrétion, entre commerce et culture, entre clientèle particulière et institutionnelle... De la gestion au quotidien... celle du stock, à celle de l'équipe, du temps, des relations avec nos fournisseurs, éditeurs, auteurs, sans oublier les stratégies d'avenir. »

Enfin, dans Le métier de libraire, Asfodel, Éditions du Cercle de la librairie, à propos de l'aménagement, de l'assortiment, « le stock doit vivre dans ses correspondances propres, dans son rapport avec le libraire, dans sa relation avec les clients-lecteurs. Assortir, aménager et animer un stock, ..., c'est moins choisir (donc éliminer), ranger (donc classer) et promouvoir (donc privilégier) que construire un ensemble de livres. »

Le commerce de la librairie est donc une activité fragile qui exigera du créateur, repreneur une parfaite adaptation aux contingences de son environnement professionnel.



Approfondir