La loi encadrant la vente à distance de livres rééquilibre la concurrence entre les « pure players » et les libraires

Publié le 11/07/2014 par La Rédaction
Mots-clés : |

Amazon communique sur son nouveau tarif d'expédition à 1 centime d'euro, laissant entendre qu'il arrive à contourner la loi « encadrant les conditions de vente à distance » qui vient d'entrer en application. Les libraires considèrent au contraire que cette loi va contribuer à rééquilibrer les conditions de concurrence entre eux et les vendeurs en ligne.

On peut néanmoins s'étonner que la Fnac, dont le site est le deuxième sur le marché, ne se soit toujours pas mise en  conformité avec la loi.

1/ la situation avant la loi : Amazon, évasion fiscale, concurrence déloyale et mise en danger de la culture

En France, le prix de vente au public des livres est fixé par l'éditeur et doit être respecté par tous les détaillants, libraires, grande distribution, vendeurs en ligne, avec une possibilité de réduction limitée à 5%. Cette loi (loi Lang de 1981) permet d'éviter un « discount » dévastateur sur les prix des livres qui entraînerait la disparition de l'essentiel du réseau des librairies et de nombreuses maisons d'édition ainsi que la réduction du nombre de publications et d'écrivains.

Depuis son arrivée sur le marché français, Amazon cherche à contourner cette loi en tentant de casser les prix, non par souci du consommateur mais pour éliminer ses concurrents et détenir un monopole sur le marché du livre qui lui permettra d'étrangler ses fournisseurs éditeurs comme cela se passe actuellement aux États-Unis et dans plusieurs pays d'Europe.

Avant la loi, ce contournement prenait la forme d'une application systématique de la réduction de 5% sur le prix des livres et de la gratuité des frais d'expédition sans minimum d'achat. Dans ces conditions, tout livre vendu par Amazon conduisait à une vente à perte. Amazon compense ces pertes en ne payant pas d'impôts en France, son chiffre d'affaires étant rapatrié dans des paradis fiscaux, et en imposant à ses salariés des conditions sociales dénoncées dans le monde entier. Face à cette situation de concurrence déloyale, les 500 libraires proposant la vente sur Internet ne pouvaient pas offrir les mêmes conditions et leur développement sur ce marché en expansion s'en trouvait entravé.

2/ en interdisant la réduction de 5% et le franco de port pour l'expédition de livres à domicile, la loi contribue à rééquilibrer la concurrence

Un livre expédié à domicile coûte dorénavant plus cher qu'un livre acheté ou retiré en librairie.

L'objectif de la loi est de réduire la concurrence déloyale en obligeant les vendeurs à répercuter une partie des frais de port sur les livraisons de livres à domicile. Pour cela la loi prévoit deux mesures qui se cumulent :

3/ la livraison à domicile coûte dorénavant plus cher que l'achat ou le retrait en librairie

C'était l'objectif de la loi et il est atteint. Ainsi, pour un livre dont le prix de vente, fixé par l'éditeur, est de 10 €, le prix Amazon sera de 10,01 € contre 9,5 € en librairie avec la réduction de 5%.

Acheter en librairie, c'est défendre la culture, la vie locale et les emplois dans sa ville, lutter contre l'évasion fiscale, tout en payant ses livres moins cher !