2020, un bilan en demi-teinte en librairie


Si la fréquentation exceptionnelle en librairie après les deux périodes de fermeture a permis d'éviter une catastrophe, la profession termine néanmoins l'année en retrait par rapport à 2019.

Les chiffres de ce communiqué sont issus de l'Observatoire de la librairieun outil géré par le Syndicat de la librairie française, qui regroupe 368 librairies pour un CA consolidé de 390 millions d'euros, soit plus du tiers de CA de la profession.


Une baisse d'activité limitée au global

 
L'activité globale de la profession est en recul en 2020, comparativement à 2019, de 3,3%.
Ce rattrapage, après trois mois de fermeture administrative, s'explique par un retour très massif des lecteurs en librairie à la suite des deux périodes de confinement : +32% en juin, +35% en décembre.

Evolution du CA par mois 2020 (n/n-1)


Des évolutions contrastées selon la taille des librairies
 
La bonne résistance de l'activité des librairies ne doit pas masquer des situations préoccupantes. En effet, une librairie sur cinq accuse une baisse supérieure à 10%.
Par ailleurs, l'effet taille est manifeste : plus le CA est important, plus l'activité se rétracte.
 Ainsi, les librairies de plus de 4 M€ de CA subissent une baisse moyenne de plus de 9%.


La majorité des rayons sont en baisse
A l'exception de la littérature, de la bande dessinée et du pratique, qui représentent à eux trois la moitié des ventes en librairie en 2020, tous les autres secteurs subissent une baisse. Pour le tourisme, le livre d'art (fermeture des musées, annulation des expositions) et l'universitaire, ces contre-performances sont directement imputables à la crise sanitaire.


On peut également noter une baisse des achats des bibliothèques supérieure à 5%.
Contact presse : Morgane Le Guillou